Au nom et pour le compte de l’OPCO des services à forte
intensité de main d’œuvre
Le FAF.TT > Actualités
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer Envoyer Partager

Journée mondiale des réfugiés : Interview d'un bénéficiaire de HOPE

Hope - 20 juin 2019

Ahmadullah Malikzada, jeune Afghan de 27 ans, est arrivé en France en 2015. Après avoir passé plusieurs mois dans la jungle de Calais, c’est d’abord grâce au sport, le cricket, qu’il a pu commencer son intégration en France. Grâce au niveau de français qu’il a acquis et à son statut de réfugié obtenu auprès de l’OFPRA*, il intègre le programme HOPE en décembre 2018 où il se forme au métier d’Assistant de vie aux familles (ADVF).

Ahmadullah Malikzada et Julien Hannot, Conseiller Emploi au sein de l’Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion « Janus SAS, filiale du groupe Vitamine T », et référent d’Ahmadullah au sein du programme HOPE ont accepté de répondre à nos questions.

 

Ahmadullah, peux-tu nous raconter comment s’est passée ton arrivée en France ?

Quand je suis arrivé en France en 2015, au début, c’était très dur. J’ai passé 6 mois dans la jungle de Calais où je me suis senti très seul. Je me suis quand même fait quelques amis qui avaient comme moi envie de faire du cricket. Nous nous sommes donc inscrits au club de Saint-Omer (59) et c’est comme ça que j’ai pu commencer à apprendre le français. Car en arrivant, je ne parlais pas du tout français.

Grâce aux rencontres que j’ai faites et à l’obtention de mon statut de réfugié, je suis allé à l’OFII** en début d’année 2018 car j’avais envie de faire une formation pour trouver du travail. Ils m’ont recontacté et c’est comme cela que je suis rentré dans le programme HOPE.

 

Pourquoi avoir choisi le parcours Assistant de Vie aux familles ?

Dans mon pays, j’étais pompiste, donc rien à voir avec le métier d’ADVF (rire). Mais vous savez en Afghanistan, c’est normal de s’occuper de sa famille, de ses grands-parents. C’est un devoir presque. C’est donc naturellement que j’ai choisi ce parcours. J’aime le contact avec les personnes âgées et les échanges que l’on peut avoir avec elles, c’est très enrichissant.  

En plus j’ai eu de la chance car c’était la première fois que ce parcours était proposé dans le cadre du programme HOPE.

A la fin de ma formation, je vais valider 2 CCP (certificats de compétences professionnelles) : l’aide à la personne et l’entretien du logement.

 

Julien, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre travail auprès d’Ahmadullah et de manière générale auprès des réfugiés que vous accompagnez ?

Le programme HOPE se divise en 2 parties pour les stagiaires. L’apprentissage du langage métier en français dans un premier temps puis la formation métier dans un second temps.

Durant la première partie, notre rôle est plus tourné vers l’accompagnement socioprofessionnel des réfugiés. Nous les aidons ainsi dans tout ce qui a trait aux formalités administratives (CAF, droits, logement …) et commençons déjà à anticiper pour leurs stages pratiques. Durant la seconde partie du programme notre rôle est un peu plus allégé, nous restons disponibles pour leurs questions et les aidons à trouver un stage.

 

Julien, qu’est-ce qui différencie l’accompagnement réalisé dans le cadre du programme HOPE d’un accompagnement classique ?

Déjà, il y a l’accompagnement sur le terrain. Il y a une proximité qui se crée avec les réfugiés, on va plus vers eux, on entre un peu plus dans leur vie personnelle comparé à un autre candidat.
Il y a également la recherche de logement, qui est quand même plus difficile.

Un autre challenge que l’on rencontre est celui de convaincre nos clients pour la première fois d’embaucher nos stagiaires en stage puis en emploi. Il y a certaines idées reçues, et c’est normal. Mais ils nous font confiance, et à raison, car à la fin, ils sont tous partants pour recommencer l’aventure.   

 

Si vous deviez chacun donner 3 mots qui résumeraient le parcours HOPE, quels seraient-ils ?

Ahmadullah :

  • Partage : Avec les autres stagiaires et avec les personnes qui m’ont aidées
  • Apprentissage : J’ai appris plein de choses durant cette formation, comme par exemple des recettes de cuisine française, comment habiller une personne en situation de handicap …
  • Remerciements : Je suis très heureux d’être en France et j’espère trouver du travail à Lille dès la fin de ma formation

 

Julien :

  • Aventure : HOPE, c’est vraiment une aventure, c’était tout nouveau pour moi et c’est un vrai challenge.
  • Partage : Il y a un véritable apport mutuel, ce sont des personnes qui donnent beaucoup et qui vous aident aussi à relativiser ce qui arrive dans votre vie.
  • Echanges : Il y a de belles surprises. Des portes qui semblaient fermées au début s’ouvrent, c’est une belle réussite !

 

Pour en savoir plus sur le programme HOPE

*OFPRA : Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides

** OFII : Office Français de l’Immigration et Intégration

Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer Envoyer Partager
20/06/2019

Voir aussi

Accompagner les réfugiés vers l'emploi

Le Programme HOPE, initié par le FAF.TT et mis en place depuis 2017 avec l'aide de nombreux partenaires* s'adresse aux personnes ayant le statut de réfugié ou protégé subsidiaire.

le 14/05/2019

No comments

*
Clear
*
Clear
*
Clear
Clear