Fonds d’assurance formation du travail temporaire
Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer Envoyer Partager

"CléA, c’est le centre de gravité d’où partent nos formations"

                         

 

CléA est une certification unique, interprofessionnelle et reconnue au niveau national, qui garantit l’acquisition du socle de connaissances et de compétences, avec un niveau d’exigence homogène sur tout le territoire et dans tous les secteurs d’activité. Les candidats à la certification accèdent à une démarche outillée et pilotée par un réseau d’acteurs habilités par le Copanef*. Souvent liée à un contexte professionnel, la certification CléA permet d’associer des formations et/ou des expériences professionnelles afin de développer les compétences non acquises.

« Les compétences clés sont sous-jacentes aux compétences techniques. Tout le socle nécessaire pour obtenir ces compétences clés est peu lisible. Le certificat CléA permet de les rendre lisibles et visibles. Il y a encore toute une communication à faire dessus. » Précise Chantal Ors, Chargée de mission nationale ingénierie de formation et illettrisme au FAF.TT.

Interview de Christophe GUEDJ, dirigeant de l’organisme de formation Alxia (Enseigne OTHIS Formation).

Pouvez-vous nous raconter l’histoire ?

Alxia fait partie de l’UROF**, le réseau des organismes de formation habilités par le Copanef pour faire passer les certifications CléA. Nous étions très actifs sur l’anticipation de la réforme, sa mise en place opérationnelle et c’est donc naturellement que le dossier cléA est arrivé sur la table.
Les évaluateurs d’Alxia ont tous été formés et nous avons développé des outils de communication pour faire connaitre CleA, rendre l’offre lisible et susciter l’adhésion des salariés et entreprises en démontrant toute sa valeur ajoutée dans le management des compétences. C’est une nouvelle manière de penser, un nouveau concept car nous passons d’un axe de formation identifiée à un axe de développement des compétences, et cela change beaucoup de choses.  
Aujourd’hui CléA c’est l’axe de démarrage pour travailler, c’est le centre de gravité d’où partent nos formations. Nous sommes sur la problématique de la compétence, nous faisons un diagnostic des compétences avec l’évaluation initiale de CléA puis nous mettons un place un programme d’accompagnement pour le développement de ces compétences non acquises. Cela peut passer par de la formation ou par l’expérience professionnelle qui permet d’acquérir certaines aptitudes comme par exemple « savoir travailler en équipe » ou encore « l’hygiène et la sécurité au travail ». La certification CléA peut se faire sur 5 ans, en fonction du projet professionnel du salarié et de sa situation.


Concrètement comment se déroule une évaluation CléA ?

En amont, il y a toute une phase de recueil d’information sur les candidats volontaires pour s’engager dans le parcours CléA, un diagnostic de leur situation professionnelle, de leurs compétences et expériences puis une phase d’explication du déroulement de la certification. Ensuite nous montons un scénario professionnel d’évaluation, en somme un jeu de rôle auquel se prêtent les candidats que nous évaluons sur les 108 critères d’évaluation des 7 domaines qui doivent être acquis à au moins 75%.
A l’issue de l’évaluation il y a une phase de restitution avec le bénéficiaire et des échanges autour de la mise en place d’un programme de développement des compétences non acquises.
Outre le fait de parler la langue Française, il n’y a qu’un prérequis pour passer la certification CléA : être volontaire ! C’est primordial car sans volontariat le salarié ne sera pas en capacité de manager ses compétences.
A ce jour 2000 personnes sur tout le territoire sont entrées dans un parcours CléA.

Comment faire connaître et susciter l’adhésion des salariés et des entreprises ?

L’important est de bien présenter ce service afin de lever les freins éventuels tant pour les salariés que pour les entreprises.Pour les salariés, nous passons par la valorisation car chaque individu a, certainement, au moins une compétence à valoriser, nous expliquons l’importance d’avoir un projet professionnel à travailler, ce qui permettra de capitaliser les 7 domaines à acquérir dans le parcours cléA et nous les amenons à une prise de recul sur la notion de management de leurs compétences professionnelles.
L’idéal est de proposer cléA dans un contexte de projet professionnel, comme cela était le cas hier à Grasse où 12 aides parfumeurs en formation (CDPI) passent en parallèle la certification CléA.
Pour les entreprises, le nœud de dynamisation de CléA est de générer des dynamiques de GPEC.
Les entreprises sont aujourd’hui peu informées. Elles voient dans CléA une démarche institutionnelle et ne retrouvent pas leur valeur ajoutée d’entreprise. Pour lever ce frein, il faut intégrer CléA dans une démarche de GPEC et lier la certification avec les entretiens professionnels. Et cela commence à prendre du sens.



Copanef* : Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation,
UROF** : Union Régionale des Organismes de Formation

Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer Envoyer Partager
Mis à jour le 29/06/2016

Aucun commentaire

*
Effacer
*
Effacer
*
Effacer
Effacer